ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Morcellement foncier, pratiques agricoles et réorganisation parcellaire

Du bilan des opérations de restructuration parcellaire aux diagnostics cartographiques des besoins et préconisations pour la définition de zones d’actions prioritaires.


Thèse de Laura PAUCHARD (ESO Caen)
Direction :
  • Philippe Madeline, Université de Caen Basse-Normandie
  • Maxime Marie, Université de Caen Basse-Normandie

Financement :
  • région Basse Normandie,
  • Chambre Régionale d’agriculture de Bretagne,
  • Conseils Généraux du Finistère, des Côtes-D’armor, d’Ille-et-Vilaine,
  • APAF (Association pour la Promotion de l’Aménagement Foncier dans la Manche)


 Résumé de la thèse

Le remembrement a, pendant plusieurs décennies, permis d’adapter la structure parcellaire des exploitations françaises au matériel agricole toujours plus performant et ainsi augmenter considérablement les rendements agricoles. Soutenue par la politique agricole commune et les différentes politiques foncières, la modernisation des exploitations agricoles est passée par l’agrandissement continu des exploitations conduisant les exploitants à reprendre des terres toujours plus éloignées de leur siège d’exploitation.

Si dans de nombreuses communes rurales le parcellaire a fait l’objet d’un remembrement, le besoin de restructuration reste prégnant (besoin de regrouper le parcellaire, et de limiter les déplacements coûteux). Cette thèse vise à réaliser un diagnostic du morcellement parcellaire et à identifier les zones présentant des besoins de restructuration prioritaires. C’est à partir des données du registre parcellaire graphique, des données cadastrales et du recensement agricole que des indicateurs de morcellement du parcellaire agricole sont calculés pour quatre départements de l’Ouest Français, espace où les systèmes laitiers sont dominants et où l’augmentation des surfaces pâturables constitue un enjeu important.

Aujourd’hui, on observe de nouveaux modes d’intervention sur le foncier : l’animation d’opération d’échanges parcellaires. Cette thèse cherche à caractériser cette transformation des modes d’intervention en identifiant le rôle de chacun des acteurs ainsi que leur niveau d’implication. Parmi ces acteurs, la Chambre d’agriculture est devenue un acteur incontournable de l’animation d’opération à l’échelle communale en proposant ses prestations. Supposant une démarche volontaire de la part des exploitants, l’implication de ces derniers a considérablement changé et nous invite à comprendre quels est le profil des exploitants qui échangent et les stratégies qu’ils mobilisent. Afin de mieux cerner les logiques et les rapports sociaux entre ces différents acteurs, nous mobilisons la méthode de l’observation participante dans plusieurs opérations d’échanges et ce dans des contextes variés (environnement, pression foncière).  Des entretiens sont aussi réalisés auprès d’exploitants ayant participé à ces opérations.

Cette thèse appliquée a enfin pour objectifs de participer à l’amélioration des animations échanges parcellaires en proposant des méthodes d’identification du potentiel d’échanges parcellaires. Par l’analyse spatiale des proximités entre exploitations et leur représentation graphique sous forme de réseaux, les méthodes développées permettent d’identifier des situations propices aux échanges parcellaires. La méthode se veut mettre en évidence de des groupes d’agriculteurs ayant intérêt à réaliser des échanges parcellaires.  Cette recherche se déroule donc aux côtés des animateurs et conseillers des chambres d’agriculture et conseil départementaux afin d’adapter les méthodes aux besoins d’animation