ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Constructions socio-discursives et espaces urbains marginalisés : une recherche-action dans trois quartiers de la ville de Rennes.


Thèse de Nicolas KÜHL (ESO Angers)
Direction :
Financement :
  • CIFRE

Composition du jury :


    La question des quartiers urbains « sensibles » ou « prioritaires » cristallise un certain nombre de débats actuels sur la sécurité, l’immigration, l’identité nationale ou encore le « vivre ensemble ». Comment comprendre les tensions socio-identitaires associées à ces espaces urbains ? Et, en définitive, comment déconstruire les stéréotypes et les représentations autour des habitants de ces espaces urbains ? L’approche de sociolinguistique urbaine s’intéresse aux discours en tant que pratiques sociales, tout autant agents que producteurs de rapports sociaux. Espace et langage ne sont donc pas des productions indépendantes : la ville est une matrice discursive où les discours agissent au niveau des représentations sociales, mais aussi de la mise en place des normes, ou encore de la hiérarchisation des espaces. Dans ce sens, quel est le rôle des discours médiatiques et circulant dans la population dans la production sociale de ces espaces urbains ? Comment ces espaces sont-ils conçus, perçus, vécus ? Est-il possible de mettre en perspective différentes formes de relégation et des effets de lieux (effets sociaux localisés) selon le contexte de l’espace urbain étudié ? Pour appréhender cette complexité qui met aux prises les discours et l’espace, pensé comme un produit social, ce projet veut aussi s’inscrire dans une réflexion épistémologique et méthodologique. Comment contribuer à de nouvelles formes d’écriture de la recherche permettant de rendre plus accessible cette complexité ? Comment développer des liens entre la recherche et la société civile ? La démarche filmique dans les SHS, en tant que « support d’intervention sociale et de réflexion » (Raoulx, Chourio, 2012) semble ici particulièrement pertinente puisqu'elle permet de rendre compte de l'espace vécu à travers les lieux et les discours. Par ailleurs, la méthodologie audiovisuelle permet également d’appréhender de manière innovante les relations chercheur-enquêtés qui sont un élément de scientificité essentiel, d’interroger la posture du chercheur dans la recherche-action, de co-produire un regard par l’implication des individus sur ces espaces urbains. La démarche filmique autorise ainsi un retour de la recherche vers la société sous une autre forme d’écriture favorisant la réflexivité des enquêtés et du chercheur.