ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Pratiques informationnelles et engagements politiques des jeunes adultes au Sénégal


Thèse de Pierre SARR (ESO Caen)
Direction :

Composition du jury :


    THÈME : Pratiques informationnelles et engagements politiques des jeunes adultes au Sénégal

    Au Sénégal comme partout ailleurs, la politique subit des changements majeurs. Des changements qui sont révélateurs des nouveaux rapports qu’entretiennent désormais les acteurs politiques dont l’État, les citoyens, plus particulièrement les jeunes militants engagés, avec les réseaux sociaux numériques qui, pour repenser son rôle, son action et communiquer autrement, qui pour lutter pour leur bien-être, la démocratie et la défense de leurs droits.

    Ces mutations s’expriment d’abord par la façon dont la politique est vécue, exprimée. Elles traduisent ensuite une reconfiguration des espaces de sens voire un « nouveau paradigme étatique » (Chevalier, 2003) et donc une « évolution de la démocratie à l’épreuve de la gouvernance » (Andrew et al., 2001) qui s’opère dans un contexte international tendu qui influence peu ou prou la façon dont les « identités » s’expriment et se confrontent dans l’espace public (Habermas et al., 1978). Ces bouleversements résultent enfin de l’influence grandissante, voire indiscutable, des réseaux sociaux numériques dans notre quotidien et, par conséquent, nos interactions, nos habitudes, nos attitudes, dans la restructuration de nos espaces de vie, des territoires, des savoirs, des discours.

    De telles considérations interrogent « les imaginaires de l’information et du numérique qui conditionnement [les] pratiques d’informations et de communication » (Cordier, 2015 : 19), jalonnent les pratiques politiques et induisent, par voie de conséquence, une mutation de « l’engagement politique » (Perrineau, 1994).

    Dès lors, quelle est aujourd’hui l’ampleur des transformations suscitées par ces réseaux sociaux numériques dans la sociologie politique au Sénégal ?

    Constituent-ils de « nouveaux espaces de contestation et de reconstruction de la politique » (Sales, 2018) ? Cela, dans un contexte « de démocratisation au point mort » (Mbembe, 2018) relatif au manque de démocratie, aux atteintes aux droits de l’Homme, à l’abondance des outils dont disposent les gouvernants pour surveiller les comportements et étouffer la liberté d'expression. ?

    Saisir les pratiques informationnelles des jeunes adultes et les engagements politiques de ces derniers sur les réseaux sociaux numériques est le défi qui oriente notre démarche. Ainsi l’objet de ce projet de recherche est de montrer comment les démocraties ouest-africaines en général et sénégalaises en particulier évoluent face à une digitalisation progressive des relations politiques. Plus précisément, quelle peut être l’influence des communautés d’opinion ou l’appartenance à cesdites communautés ainsi que le rôle des « outils d’appartenance », sur la construction démocratique au Sénégal.

    En définitive, ce projet tentera de répondre, attentivement, aux questions suivantes :

    -     Les pratiques informationnelles sur les réseaux sociaux portent-elles en germe des remises en cause des pouvoirs établis ? de l’information véhiculée par ces pouvoirs ?

    -     Quelles analyses en sont faites par les jeunes citoyens sénégalais ?

    -     Comment ceux-ci perçoivent-ils cet espace numérique des RSN (espace public ? espace social de distinction ? Espace social de résistance ? ...) ?

    -     Qu’est-ce qui fait qu’à un moment, le jeune citoyen décide de s’engager en politique ?

    -     Quel sens donne-t-il à la notion d’engagement en politique ?

    Corollairement, il s’agira de s’interroger (et/ou d’interroger directement, en fonction de la méthodologie à retenir) sur les appréhensions et les modalités de communication / exploitation des réseaux sociaux numériques par les décideurs politiques au vu de leurs représentations de la place de ces objets dans l’environnement sociopolitique sénégalais.

    L’objectif de notre travail est de permettre de mieux comprendre le rôle des réseaux sociaux numériques, de ses moyens et/ou outils dans l’évolution démocratique du Sénégal en matière de sociologie politique, de gouvernance politique. Il participera à une capitalisation de travaux inscrits en Sciences de l’Information et de la Communication sur la problématique des liens entre pratiques informationnelles et engagements politiques, travaux qui apparaissent assez peu nombreux en réalité.

    Mots-clés de recherche : Intelligence artificielle, pratiques informationnelles, engagements politiques, jeunes, adultes, Sénégal, informations, communication,