ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Envisager un référentiel spécifique de formation à l’insertion professionnelle ?

Le cas des étudiants du Programme de Formation des Ingénieurs d'Excellence au Vietnam (PFIEV). Implication pour un Campus Numérique


Thèse de Thi Thanh Huong NGUYEN (ESO Caen)
Direction :


 

Contexte expliquant la recherche :

Le contexte posant problème est que la crise économique actuelle constitue un net obstacle à la recherche d’emploi pour l’ensemble de la population active et surtout pour les jeunes diplômés. Selon une étude, plusieurs jeunes vietnamiens, y compris les Francophones, restent au chômage longtemps après la sortie de l’université. Les raisons sont diverses mais les plus remarquables sont le fait que d’une part les jeunes diplômés ne savent pas développer des compétences transversales en relation avec des compétences techniques et que d’autre part les entreprises n’ont pas des approches adaptées pour recruter leurs futurs employés. Une autre organisation, le bureau Asie-Pacifique de l’AUF (Agence universitaire de la Francophonie) réalise des enquêtes annuelles sur le devenir des jeunes diplômés, suite auxquelles, on apprend qu’ils ont rencontré les difficultés dans la recherche d'emploi pour les raisons suivantes :

–        Peu d'occasion pour se rapprocher à l'entreprise

–        Faible actualité des offres d'emploi

–        L'usage de la langue française comme langue de travail est très limitée.

En tant qu’enseignante de français pour des classes du PFIEV, où les étudiants sont sélectionnés parmi les meilleurs aux concours d’entrée, considérés comme solides en sciences, mais assez faibles en langues étrangères et en compétences transversales, je me suis posé des questions initiales : Comment enseigner ces jeunes à mieux s’équiper des techniques de recherche d’emploi ? Est-il possible d’élaborer un référentiel de compétences autres que linguistique, comme des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être tout au long de leurs études et de les mettre en contact avec des entreprises dès les années universitaires pour qu’ils puissent faire connaissance plus tôt avec le monde professionnel et ainsi soient plus motivés et plus consciencieux dans l’apprentissage ? Si oui, c’est comment et sous quelle forme?

Partenariat : Afin de réaliser cette recherche, je prends contact avec les 4 établissements ayant des options de formations du PFIEV, les organisations éducatives et commerciales francophones comme l’AUF, le Campus numérique francophone partenaire de l’Université de Can tho, la Chambre de Commerce et d’Industrie Française au Vietnam (CCIFV) et d’autres entreprises susceptibles d’être débouchées pour les diplômés du PFIEV au Vietnam.

Méthodologie :

Nous procéderons en deux temps.

En vue de répondre à la première question de recherche et afin d’analyser les besoins,  nous comptons réaliser une recherche documentaire (des inscriptions officielles et institutionnelles) et effectuer des enquêtes (quantitatives) et des entretiens (approche qualitative) auprès de différents acteurs : étudiants, enseignants de français, tuteurs et employeurs.... des établissements supérieurs en question : Institut Polytechnique de Hanoï, Ecole Supérieure de Génie Civil, Institut Polytechnique de Da nang et Institut Polytechnique de Ho Chi Minh – ville (environ 200 personnes du monde éducatif), des entreprises les plus connues de différents secteurs d’activités à Hanoï et à Hochiminh-ville (une dizaine d’entreprises francophones ou anglophones)...

 La deuxième étape se consacrera à l’élaboration d’un dispositif hybride du Module d’Insertion Professionnelle, ayant pour objectif de fournir aux étudiants les outils indispensables à la recherche d’emploi et une expérimentation partielle desactivités réalisées aux CNF pour répondre aux besoins des étudiants et des recruteurs.

 

Date de soutenance envisagée : mi 2017

Contact: huong.nguyenthithanh@hust.edu.vn