ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Soutenance de thèse de Thibaut PREUX : De l’agrandissement des exploitations agricoles à la transformation des paysages de bocage.

Analyse comparative des recompositions paysagères et foncières en Normandie


Thèse de Thibaut Preux (ESO Caen) qui sera soutenue le Jeudi 5 décembre 2019 (14H30) à l'Université de Caen Normandie, UFR SEGGAT, Campus 1, Amphithéâtre Octave Lignier, Bâtiment A, 2ème étage
Direction :
Financement :
  • Allocation du conseil régional de Basse-Normandie (100%)

Composition du jury :
  • M. Daniel DELAHAYE, Professeur des universités, Université Caen-Normandie, UMR LETG, Directeur de la thèse M. Dominique LAFFLY, Professeur des universités, Université Toulouse Jean Jaurès, UMR GEODE, Rapporteur M. Maxime MARIE, Maître de conférences, Université Caen-Normandie, UMR ESO, Co-encadrant de la thèse Mme Geneviève PIERRE, Professeure des universités, Université d’Orléans, EA CEDETE, Rapporteure M. Laurent PIET, Ingénieur de recherche, UMR INRA SMART-LERECO, Examinateur M. Laurent RIEUTORT, Professeur des universités, Université Clermont-Auvergne, UMR TERRITOIRES, Examinateur


Paysages emblématiques des campagnes de l’Ouest, les bocages ont connu une série de transformations rapides et importantes ces quarante dernières années : érosion du linéaire de haies, changements des usages du sol, rationalisation et agrandissement du parcellaire, banalisation et massification des bâtiments agricoles, enfrichement des secteurs les plus difficiles à exploiter. Si la transformation des paysages de bocage est généralement attribuée au tournant « productiviste » du modèle agricole français, les processus sociotechniques à l’origine de ces évolutions sont plus rarement explicités. L’objet de ce travail est d’évaluer plus spécifiquement la contribution de l’agrandissement des exploitations agricoles à la dynamique d’évolution des paysages bocagers de l’Ouest de la France.

Ce travail de géographie s’appuie dans un premier temps sur une analyse statistique à l’échelle du grand Ouest de la France, visant à étudier l’effet des transformations foncières sur les structures spatiales agricoles (assolements, parcellaire, linéaires boisés…). Dans un second temps, les dynamiques paysagères et foncières de quatre espaces d’étude (Bessin, Bocage Virois, Sud Manche, Pays d’Auge), situés en domaine laitier et bocager mais présentant des configurations agricoles variées, ont été étudiées entre 2003 et 2016. Ce travail s’appuie notamment sur un dispositif méthodologique original, articulant au sein d’un système d’information géographique à échelle parcellaire (1) la construction d’un suivi à échelle spatio-temporelle fine des dynamiques paysagères (évolution du maillage bocager, de la trame parcellaire et de l’occupation du sol) et (2) la reconstitution de l’évolution de la mosaïque des parcellaires d’exploitations par appariement de plusieurs millésimes du registre parcellaire graphique. L’exploitation de cette base de données spatio-temporelle a permis de mieux comprendre le rôle de la transformation foncière des exploitations agricoles dans la dynamique des paysages bocagers. Enfin, une enquête de terrain a été réalisée auprès de 150 agriculteurs équitablement répartis dans les quatre espaces d’étude, afin d’appréhender les conséquences sociales, techniques et productives de l’agrandissement à l’échelle des exploitations agricoles, qui diffèrent singulièrement selon le type de trajectoire foncière suivie.