ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Des pratiques des agriculteurs à la production de paysage de bocage.

Étude comparée des dynamiques et des logiques d’organisation spatiale des systèmes agricoles laitiers en Europe (Basse-Normandie, Galice, Sud de l’Angleterre)


Thèse de Maxime MARIE (ESO Caen) soutenue en 2009 à Université de Caen Basse-Normandie
Direction :
  • Daniel DELAHAYE, Université de Caen Basse-Normandie
  • Philippe MADELINE, Université de Caen Basse-Normandie



 L’objet de cette recherche est l’étude des logiques de production des espaces et des paysages de bocage en domaine laitier. Elle a été menée classiquement suivant un jeu d’échelle allant de la région à l’exploitation agricole. La manière dont a été abordé le paysage agricole, vu ici comme la face visible de l’espace, s’est située à l’interface des deux types de démarches les plus communément employées en géographie : celle qui vise à comprendre la dimension matérielle de la production de l’espace et celle qui s’intéresse davantage à sa dimension idéelle. Les terrains sur lesquels ont été menées les investigations se situent tous dans l’arc laitier de l’Europe Atlantique mais présentent néanmoins des contextes agricoles variés (Basse-Normandie, Galice, Sud de l’Angleterre). Les principales transformations des systèmes agricoles ont d’abord été identifiées à partir des statistiques agricoles à l’échelle régionale entre 1990 et 2000. Les formes et les structures des espaces et des paysages produits par les activités agricoles ont ensuite été analysées à travers une démarche classique d’analyse spatiale s’attachant à mettre en lumière leurs grands principes d’organisation (distance au siège d’exploitation, morphologie parcellaire). Cette démarche a enfin été couplée à l’analyse compréhensive des logiques d’action qui animent les agriculteurs dans la mise en œuvre de leurs pratiques et à l’étude de leurs représentations paysagères. Cette dernière partie du travail a ainsi révélé l’importance des modèles professionnels auxquels se réfèrent les agriculteurs dans leur lecture du paysage. Ces modèles participent ainsi à définir ce que représentent pour eux les différentes formes du paysage et à travers elles les pratiques qui leur sont associées. Le travail mené s’est donc appuyé sur la mobilisation d’une démarche comparative et multiscalaire qui a permis de mettre en lumière toute la complexité des processus à l’œuvre dans l’organisation des espaces et des paysages de bocage par les activités agricoles et laitières en Europe de l’ouest.



Téléchargement