ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Les avatars de la gestion urbaine à Bamako

De la logique coloniale à la logique mondiale. Essai de géographie sociale


Thèse de Moussa TOURÉ (ESO Caen) soutenue en 2014
Direction :
  • Jean-Marc FOURNIER, Université de Caen Basse-Normandie

Financement :
  • Allocation MESRS


Résumé : Cette thèse offre l’opportunité de faire une analyse critique des enjeux de la gestion urbaine de Bamako confrontée depuis plus d’une vingtaine d’années à un dynamisme démographique et spatial sans précédent. Face à cette croissance, les politiques foncières et de logement engagées n’ont pas atteint les objectifs escomptés. Pendant les années qui ont suivi l’indépendance (1960), ces politiques sont demeurées inefficace et sélectives, marquées par une offre de terrains et de logements très insuffisante. La production de l’espace urbain bamakois s’est réalisée par des filières d’accession foncière illégales et par l’autoconstruction. L’évolution des politiques urbaines correspond à trois moments importants de l’histoire contemporaine : la logique coloniale, la logique étatique et la logique mondiale. Si les deux premières logiques (coloniale et étatique) peuvent être qualifiées de centralisatrices et d’autoritaires, car cherchant à marquer la toute puissance de l’État dans les réformes engagées, la logique mondiale quant a elle, cherche à limiter les interventions de l’État par la mise en place de réformes d’inspiration néolibérale basées sur la privatisation et la création de marchés. Ces trois moments de la gestion urbaine démontrent que la ville est davantage le produit de pratiques et de stratégies de ses occupants, que celui de la volonté des pouvoirs publics et des collectivités territoriales. 

Les objectifs de cette thèse consistent à comprendre, dans un premier temps, quelles sont les logiques des systèmes d’encadrement volontariste, de régulation, et de fonctionnement des processus d’urbanisation des territoires (planification, affectation, équipement des sols) et d’intégration des populations (administration des dispositifs d’accès au logement, aux équipements, aux services), en conformité avec le projet social et politique étatique. Dans un deuxième temps, il s’agit de faire une analyse des dispositifs de coordination des acteurs, des institutions et de leurs territoires ainsi créés pour atteindre des objectifs spécifiques discutés et définis collectivement dans des environnements fragmentés incertains. Cette thèse tente, in fine, d’interroger les questions d’accès aux ressources de la ville, du droit à la ville et les pratiques et mobilités résidentielles à Bamako. 

Mots clés :  gestion urbaine ; gouvernance urbaine ; logique coloniale, étatique, mondiale ; mobilité et pratiques résidentielles ; accès à la ville.