ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Décoloniser les savoirs et les arts.

Séminaire Pratiques et Pensées de l’Émancipation


Salle des Actes de la MRSH, Université de Caen, du Lundi 4 février 2019 de 16H à 18H

Cette séance d’ouverture propose d’ouvrir une réflexion sur les approches décoloniales avec la philosophe Seloua Luste Boulbina, et l’Association Décoloniser les arts représentée par Gerty Dambury.

« Comment, dans les savoirs, le passé peut-il être dépassé? Penser la décolonisation des savoirs et des pratiques intellectuelles, littéraires et artistiques demande à réfléchir sur les lieux et les formes de cette grande transformation. Pour la dire, il faut réfléchir in concreto : elle a déjà commencé. Elle n’est ni devant nous, telle un programme à initier, ni derrière nous, telle un processus achevé. Elle est à l’œuvre mais plus ou moins, de façon différenciée, dans le travail d’écrivains et d’artistes qui irriguent ici la réflexion philosophique. La décolonisation prend ainsi sens dans ses grandes lignes comme son détail. Autrefois, la métropole et la colonie apparaissaient comme deux espaces tout aussi distincts en principe qu’entremêlés en réalité. Les indépendances africaines ont profondément modifié ce paysage, créant des entre-mondes de la philosophie, de la littérature, des arts. Le sud peut déloger le nord. L’étrange(r) voisiner avec le familier, le vivant cohabiter avec le fantôme. Les affranchissements, les franchissements sont multiples, divers. Comment les lignes se déplacent-elles et dans quels mouvements ? Les arts visuels, la musique, la littérature montrent des chemins. »

Seloua Luste Boulbina est philosophe chercheuse (HDR) à l’Université Paris Diderot, ex-directrice du programme « La décolonisation des savoirs » au Collège International de Philosophie (2010-2016). Elle a été professeure à l’université de Pékin et de Brasilia. Théoricienne de la décolonisation, elle travaille sur le colonial et le postcolonial dans leurs dimensions politiques, intellectuelles et artistiques. Elle a collaboré avec des artistes et conçu les Transphilosophies (Alger, New York, Dakar). Elle a publié de nombreux ouvrages dont Le Singe de Kafka et autres propos sur la colonie (2008), Les Arabes peuvent-ils parler ? (2011) ou L’Afrique et ses fantômes (2015).

Gerty Dambury - dramaturge, metteuse en scène, romancière et poétesse française, membre de l’association Décoloniser les Arts (DLA). Cette association créée en 2015 par des artistes et des professionnel.le.s de la Culture s’est donné pour objectif d'interroger la faible présence d'artistes issu.es des populations minorées sur les plateaux de théâtre et de danse, à la télévision, au cinéma et dans les arts visuels. Elle interroge également les récits dominants dans les lieux de création artistique pour contribuer à une meilleure représentation de larges pans de l'histoire de notre pays et amener dans les débats actuels les questions de décolonisation des esprits et des imaginaires. Pour mieux exprimer les questionnements que pose la place des artistes racisé.es en France ainsi que la nécessaire formation à ces problématiques, DLA a publié un ouvrage, Décolonisons les arts !, paru aux éditions de l’Arche en septembre 2018 et lancé une Université décoloniale qui se tient une fois par mois à La Colonie.

 



Site du colloque