ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Soutenance de Thèse d'Antonin Girardin

(Re)produire la ville à l'heure néolibérale : À la recherche de la valeur urbaine. Comparaison croisée de quatre anciens quartiers industriels Français (Caen, Le Havre) et Allemands (Leipzig, Dresde)


Salle des actes de la MRSH à Caen/ webconférence, du Jeudi 17 décembre 2020 (14h)

(Re)produire la ville à l'heure néolibérale : À la recherche de la valeur urbaine. Comparaison croisée de quatre anciens quartiers industriels Français (Caen, Le Havre) et Allemands (Leipzig, Dresde), dirigée par Bernard Elissalde (UMR IDEES-Rouen) et Pierre Bergel, UMR ESO-Caen).

La soutenance aura lieu le Jeudi 17 décembre 2020 à partir de 14h à Rouen mais sera retransmise publiquement dans la salle des actes de la MRSH à Caen. Au vu du contexte sanitaire, les places seront limitées à 20 personnes. Vous pouvez vous inscrire au lien suivant : https://mensuel.framapad.org/p/soutenanceantoninmrsh-9kgd?lang=fr

En raison du contexte sanitaire, la soutenance se déroulera en visio-conférence. Celles et ceux qui souhaitent y assister peuvent envoyer un courriel à cette adresse (antonin.girardin@unicaen.fr). Je vous communiquerai alors le lien de retransmission.

 

Le jury sera composé de :

-   Hélène Reigner, Professeure des universités, Université Aix-Marseille, rapporteure

-   Olivier Ratouis, Professeur des universités, Université de Paris Nanterre, rapporteur

Ulrike Gerhard, Professeure des universités, Université de Heidelberg, examinatrice

Françoise Lucchini, Maître de conférence habilitée à diriger les recherches, Université de Rouen Normandie, examinatrice

Odette Louiset, Professeure des universités, Université de Rouen-Normandie, examinatrice

- Mathieu Van Criekingen, Professeur des universités, Université libre de Bruxelles, examinateur

- Bernard Elissalde, Professeur émérite, Université de Rouen-Normandie, directeur de thèse

-   Pierre Bergel, Professeur des universités, Université de Caen-Normandie, Codirecteur de thèse.

 

Résumé de la thèse :

 

Ces quarante dernières années sont marquées par le triomphe de la doctrine politique et économique néolibérale à l’échelle globale. Si les mécanismes globaux de dérégulation des marchés et de recomposition des compromis sociaux induits par cette doctrine sont bien connus, la géographie urbaine peine encore à en identifier et à en qualifier l’importance sur la production locale de la ville, particulièrement en France où la tradition planificatrice et la puissance publique restent fortes. Pourtant, concomitante à l’émergence de l’urbanisme par projet et à la diffusion, à une grande diversité de contextes locaux, de modèles urbains génériques comme la « ville durable » ou la « ville créative », etc., la néolibéralisation pose la question d’une transformation radicale du système de production de la ville dans son ensemble. Cette transformation ne touche pas uniquement les politiques d’aménagement, mais concerne plus globalement une grande partie des normes et des valeurs qui président la conception, les représentations et les appropriations de la ville contemporaine, c’est-à-dire des principes qui servent de guide à l’évaluation et à la légitimation des politiques urbaines et des compromis de classe qui les permettent. Analysant et articulant ces transformations locales dans quatre anciens quartiers industriels de villes moyennes françaises et allemandes qui ont connu d’intenses processus de renouvellement urbain depuis près de trente ans, ce travail interroge les processus de revalorisation urbaine dans des espaces pourtant fortement dévalorisés au début des années 1990. Ce retour sur une longue période (1990-2020), vise à montrer que cette revalorisation prend la forme d’un processus de recapitalisation de l’espace qui articule valeurs symboliques et Valeur marchande, selon un cycle précis de subordination des premières à la seconde, qui apparait typique du processus de la destruction/créatrice néolibéral ; et dans lequel se cimente un nouveau compromis de classe entre la bourgeoisie immobilière et des fractions des classes intermédiaires, fortement dotées en capital culturel.

 

Mots clés : néolibéralisation, renouvellement urbain, projets urbains, quartier post-industriel, revalorisation urbaine