ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Atlas social de Caen


De l'agglomération à la métropole ?



2020

Les atlas sont les outils incontournables des géographes depuis les origines de la discipline : une carte bien conçue vaut un long discours. Aujourd’hui, ils sont plus que jamais pertinents pour saisir les hiérarchies d’une société, les mécanismes qui les produisent et la complexité de ses espaces. Dans un monde où les informations jaillissent de toutes parts, où la multiplication des points de vue peut amener plus de confusion que de clarté, où le vrai se mélange parfois au faux, il est plus que jamais nécessaire de publier des atlas : des synthèses dégageant des repères de compréhension accessibles au plus grand nombre. Fruit du travail de plus de 70 scientifiques, l’Atlas social de Caen se veut porteur d’une telle ambition.

Un atlas est classiquement un regroupement de cartes commentées qui a pour but d’expliquer le fonctionnement du monde, d’un pays, d’une région ou encore d’une ville. L’atlas social de Caen répond à cet objectif : comprendre les mécanismes qui organisent et vont évoluer la société caennaise. Un atlas repère des zones, délimite des contours, identifie des frontières. Il découpe les lieux, pointe les zones à forts enjeux et met en évidence des espaces économiques, sociaux, politiques, culturels, etc. Un atlas découpe également la société : selon les groupes sociaux, les générations, les habitudes, il révèle des espaces de vie, des espaces vécus qui peuvent être communs ou séparés.

Pour identifier ces territoires, il faut multiplier les sources d’information et les angles d’approche : recouper les statistiques, faire des diagnostics, effectuer des repérages sur le terrain, s’entretenir avec les habitants, sentir l’ambiance des quartiers, observer minutieusement ce qui s’y passe. Ensuite, la cartographie systématique de tout ce qui peut être localisé conduit à faire des interprétations. C’est le travail des géographes par excellence. Dans une démarche scientifique, il convient également de vérifier plusieurs fois la qualité des informations produites : rien ne doit être laissé au hasard.

L’objectif d’un atlas consiste également à comprendre les changements et les mutations. Comment c’était avant ? Pourquoi cela a-t-il évolué dans un sens et pas dans un autre ? L’agglomération urbaine caennaise est-elle conforme aux évolutions des villes françaises de même taille ou suit-elle une trajectoire différente ? L’atlas social de Caen vise à comprendre une région urbaine qui s’étend jusqu’à une quarantaine de kilomètres de rayon autour de la ville centre. On cherche à analyser l’évolution d’une société urbaine et périurbaine, entre spécificités locales et caractéristiques plus globales liées au reste de la société française, à l’intégration européenne et à la mondialisation.

 A l’origine de notre projet, de nombreuses questions ont surgi. Pourquoi un atlas social ? Notre laboratoire Espaces et Sociétés (ESO-Caen), spécialisé en géographie sociale, privilégie les questions de société comme objet d’étude. On étudie les mécanismes de production et de reproduction des inégalités sociales, les rapports de pouvoir entre groupes sociaux, la marginalité, les formes d’exclusion, etc. Bien sûr, cette approche n’exclut pas les questions démographiques, économiques, environnementales, politiques, culturelles ou institutionnelles, elle les articule. Il ne s’agit donc pas de faire un « atlas des minorités », mais il ne s’agit pas non plus de faire un atlas d’aménagement et d’urbanisme déconnecté des réalités sociales.

 Cet atlas présente ainsi une mosaïque de points de vue, toutefois rassemblés dans une même perspective d’interprétation globale de la société caennaise, société marquée par des permanences et des mutations dans ses rapports à l’espace.

Grâce à la mise en ligne de plus de 100 planches issues des recherches menées sur Caen par nos géographes de terrain, cet Atlas social de Caen se veut résolument au service des citoyens et des citoyennes, en permettant le transfert des connaissances vers la société et en renforçant le dialogue science et société.