ACCÈS AU SITE DE L'UMR

La mobilité résidentielle dans la Région du Grand Accra


Différenciations individuelle et géographique



Monique BERTRAND, Daniel DELAUNAY - 2005

Depuis que la gestion des villes sous ajustement structurel se présente sous des jours plus sociaux, l’idéal communautaire fait son chemin dans les « Projets » financés par la Banque mondiale à l’intention du Sud. Les opérations de réhabilitation de quartiers font notamment appel à la participation des populations à un aménagement de proximité ; la consultation locale et la décentralisation sont mises au service d’un meilleur recouvrement des coûts des services marchands qui doit aussi fonder la « bonne gouvernance » des cités.

La Région du Grand Accra met ainsi en question l’ancrage résidentiel de ses près de trois millions d’habitants. L’inscription des ménages dans les marchés fonciers, immobiliers et de l’emploi interroge la composition du « local » urbain ainsi mis en exergue. La diffusion de la location d’une part, une complexe combinaison de mouvements centrifuges et centripètes d’autre part, redistribuent les citadins dans un espace bâti en plein élargissement et recomposent leurs appartenances territoriales en fonction de critères de coût et d’accessibilité. L’étude a donc pour objectif de mesurer la mobilité aux deux échelles métropolitaine et infra-urbaine.

L’analyse empirique exploite le module biographique de l’enquête longitudinale intitulée « Housing Practices and Residential Mobility in Greater Accra Région, 2000-2001 » (IRD et University of Ghana, Legon). A défaut d’être représentative des dynamiques démographiques d’ensemble et de permettre une inférence statistique entre les deux niveaux local et régional, la collecte s’appuie sur sept zones significatives du peuplement et de l’espace urbain. En vertu d’une sélection raisonnée de ménages en grappes au niveau d’îlots de voisinage, elle reconstitue plus précisément les séjours d’une population aujourd’hui adulte dans les limites du Grand Accra. L’analyse quantitative mesure d’abord les durées de ces étapes résidentielles et modélise leurs variations selon les caractéristiques des individus enquêtes, de leur ménage et de l’habitat actuellement occupé : à l’instar de nombreuses métropoles, la capitale du Ghana atteste d’une augmentation significative de la mobilité rési- dentielle de ses habitants. L’étude aborde ensuite chaque zone d’enquête de manière plus monographique, pour les singularités contextuelles qu’elle apporte non seulement à l’intensité mais aussi aux déterminants du processus de mobilité. Les différences géographiques révèlent alors toute leur importance à ce niveau d’investigation fin, proche des préoccupations des habitants en matière d’habiter et d’attachement territorial, mais qui est habituellement ignoré des modèles démographiques. Ce n’est pourtant qu’au-delà d’un certain seuil de mobilité, c’est-à-dire pas dans tous les quartiers, que les individus se différencient de manière significative dans de tels contextes locaux.

L’analyse croisée des variables et des effets de lieux complète donc de manière pertinente l’observation in situ d’une réalité complexe. Elle rend surtout compte de niveaux très contrastés de la mobilité résidentielle d’un quartier à l’autre, et même entre les « communautés indigènes » de l’échantillon qui sont pourtant également sollicitées en termes de mobilisation contre la pauvreté. Trois hypothèses sont abordées : celle de la distance au centre et de l’ancienneté de l’urbanisation dans la région considérée ; celle du gradient économique qui augmente le risque de déménagement, des populations les plus pauvres, qui pâtissent d’un déficit de mobilité, aux classes moyennes de l’échantillon ; celle enfin de l’effet de la péri-urbanisation. Certaines situations de stabilité relèvent en fait de véritables captures résidentielles et ne constituent pas le meilleur gage de participa- tion financière ou de mobilisation communautaire, toutes choses requises par les médiations politiques ou les bailleurs de fonds pour mieux gérer la ville à l’échelle « du local ».


Monique BERTRAND , Géographe, Maître de Conférences à l’Université de Caen. Ses recherches portent sur les dynamiques sociales et territoriales des villes en Afrique de l’Ouest francophone et anglophone.
Daniel DELAUNAY , Démo-économiste, Directeur de l’Unité de Recherche 013 « Mobilités et recompositions urbaines » de l’IRD. Ses travaux portent sur les mobilités et le peuplement, principalement en Amérique latine.

Éditeur : CEPED
Collection Regards sur
ISBN : 2-87762-146-4
65 p.

Recomposition urbaines et nouveaux espaces de consommation en Algérie (2017)

Nadia Kerdoud

Atlas des risques sociaux d'échec scolaire (2016)

Patrice Caro, Gérard Boudesseul, Yvette Grelet

La ville en ébullition (2014)

Pierre Bergel, Vincent MILLIOT

Réhabiliter le périurbain (2013)

Lionel Rougé, Christophe Gay, Sylvie Landriève, Claire Nicolas, Anaïs Lefranc-Morin

Expériences et développement professionnel des enseignants (2012)

Javier Nunez Moscoso, Bailleul, M., Thémines, J.-F., Wittorski, R.

Las huertas de Murcia (2012)

Robert HÉRIN

Eau et développement en Espagne (2012)

Marie François

Être logé, se loger, habiter (2012)

Martine Berger, Lionel Rougé

Pour une géographie sociale (2011)

Actes réunis et traduits de l’italien par Isabelle Dumont

Savoir et savoir enseigner le territoire (2011)

Jean-François THÉMINES

Marginalité et politiques sociales (2011)

Benoit Raoulx , Taoufik Djebali

Chroniques paysannes (2010)

Jean-Marc Moriceau, Philippe Madeline, Jean-Paul Bourdon

L’autre Venezuela de Hugo Chavez (2010)

Jean-Marc Fournier

Atlas des fractures scolaires en France (2010)

Rémi Rouault, Patrice Caro

Un paysan et son univers de la Guerre au Marché commun (2010)

Philippe Madeline, Jean-Marc Moriceau

Sentir Paris (2010)

Lucile Grésillon

De la ville perdue à la ville retrouvée, la ville en devenir (2008)

Robert Hérin

Bâtir dans les campagnes (2007)

Philippe Madeline, Jean-Marc Moriceau

Introducción a la geografía social (2006)

Robert HÉRIN

Acteurs et espaces de l’élevage (XVIIe-XXIe siècle) (2006)

Philippe MADELINE, Jean-Marc MORICEAU

L’espace social (2005)

GUY Di MÉO, PASCAL BULÉON

La mobilité résidentielle dans la Région du Grand Accra (2005)

Monique BERTRAND, Daniel DELAUNAY

Innovation et histoire-géographie dans l’enseignement secondaire (2005)

Jacky Fontanabona, Jean-François Thémines

Émergences caraïbes (2002)

Monique Bégot, Pascal Buléon et Patrice Roth

Où sont passés les catholiques ? (2002)

Colette Muller, Jean-René Bertrand

Femmes et développements urbains au Mali (2001)

Monique BERTRAND , Anne Ouallet, Carine Sabbagh

Petroleo y desarrollo regional en el Casanare (2000)

Jean-Marc FOURNIER , Vincent GOUËSET

Petites et moyennes villes d’Afrique noire (1997)

Monique Bertrand , Alain Dubresson

Mutations en Algérie (1997)

Collectif de chercheurs du Centre de Recherche sur les Espaces et les Sociétés à Caen et des Départements de géographie des Universités d’Annaba et de Constantine

La fin des paroisses ? (1997)

Paul MERCATOR

As redes urbanas (1996)

Petros PETSIMERIS